Centre Form Action
  • 05JAN

    Le syndrome métabolique : Nouvelle épidémie en croissance ?

    La prévalence de l’obésité et du diabète de type 2 augmente de manière alarmante dans les pays occidentaux. L’association entre l’obésité, le diabète de type 2, l’hypertension artérielle et plusieurs anomalies lipidiques est connue depuis plusieurs décennies. Il existe d’ailleurs une corrélation entre toutes ces pathologies.

    Le syndrome métabolique est, selon le National Cholesterol Education Program, le regroupement d’au moins 3 des critères suivants :

    - Une pression artérielle élevée
    - Un taux de sucre sanguin élevé
    - Un excès de poids abdominal
    - Un faible taux de HDL («bon» cholestérol)
    - Un taux élevé de triglycérides (type de gras dans le sang).

    La première cause fonctionnelle de cette pathologie se caractérise par la présence d’une résistance à l’insuline. L'insuline est une hormone qui aide le sucre sanguin à pénétrer dans les cellules où il est utilisé comme source d'énergie. Avec la résistance à l'insuline, le corps ne reconnaît plus cette hormone ce qui provoque une accumulation du sucre dans le sang au lieu de son absorption dans les cellules. Comme le taux de sucre sanguin reste élevé, le pancréas continue à produire de plus en plus d'insuline, ce qui provoque une élévation du taux de cette hormone. À ce stade, il n’est pas encore question de diabète mais d’un précurseur qu’il faut prévenir. L’exercice permet donc d’utiliser le glucose du sang en augmentant la sensibilité à l’insuline, ce qui permet de normaliser la glycémie.

    Pour ce qui est de la pression artérielle, la Fondation des maladies du cœur la définie comme étant la mesure de la pression qu’exerce le sang contre les artères. Le nombre supérieur représente la force exercée lorsque le cœur se contracte et expulse le sang (systolique) et le nombre inférieur lorsque le cœur se détend entre deux battements (diastolique). Un entraînement physique aérobie réduit la pression artérielle chez les hypertendues autant que chez les normo-tendues.

    Il est donc possible de réduire considérablement ces problèmes de santé en adoptant des bonnes habitudes de vie comme la pratique d’activité physique et une alimentation saine. Ces changements aideront pour une perte de poids, une diminution de la tension artérielle et des taux de gras et de sucre dans le sang (dyslipidémie et hyperglycémie). Consultez des gens qualifiés afin de vous assurer un programme adapté et sécuritaire à votre condition. Nous vous invitons d’ailleurs à la conférence sur ce sujet qui aura lieu au Centre Form Action le 26 avril 2014 à 13h. Réservez votre place au 418-873-5678.